Sports

LIGUE 1 : LE SCO surprend Monaco

26 septembre 2018 à 10h56 Par Guillaume Benoit
Crédit photo : Yan Luat

Mardi soir en ouverture de la 7è journée de championnat, Angers SCO se déplaçait sur le Rocher monégasque, déjà dans la tourmente puisque dans une série de 6 matches consécutifs sans victoire
Monaco 0 - Angers SCO 1

A Monaco, le SCO a eu la chance de découvrir l’ASM avec Golovin et Chadli alignés d’entrée pour la première fois. 2 joueurs arrivés au mercato estival à la côte plus élevée que le budget annuel du club angevin. Pas de quoi impressionner le SCO chez qui la surprise est venue de la défense où coach Moulin a aligné Romain Thomas aux côtés de Pavlovic, passant le brassard de Traoré, venu se reposer, à Cheick N’Doye. Le repos fût de courte durée pour le capitaine habituel puisque dès les premières minutes de jeu, Pavlovic se blesse sur un geste apparemment anodin et est contraint de vite sortir, remplacé donc par Traoré.

Comme à son habitude, le SCO a laissé venir son adversaire et procédé en contre face aux hommes de Leonardo Jardim qui avaient à coeur d’inverser la tendance et comptaient sur la réception d’Angers et la perspective de 2 matches à domicile à la suite pour retrouver des couleurs. Malheureusement pour la Principauté, dans le duel tactique qui voyaient s’affronter le coach du rocher à Stéphane Dieu Moulin, c’est bien l’entraineur des bords de Maine qui a pris le dessus rapidement.

Dès les premiers instants, on a senti un SCO venu pour obtenir 3 points contre une bête blessée, prêt à donner le coup fatal au moindre moment. La lumière est venue peu avant la demi-heure de jeu grâce à un mouvement en contre mené par Flavien Taitinho et conclu  d’une frappe puissante sous la barre par Stéphane Bahoken, profitant d’une erreur défensive de Jemerson et crucifiant un Benaglio qui ne pouvait rien.

Tout au long de la partie, au milieu, c’est le SCO qui a fait la différence à la récupération, harcelant le porteur de ballon et lançant très vite les attaquants sur les côtés ou même, en seconde période, plein axe comme sur cet amour de passe en profondeur de Capelle pour Tait qui vient finalement buter sur le portier monégasque.

Le SCO s’est ensuite contenté de gérer un ASM manquant d’engagement et de conviction. Tout aurait pu changer toutefois à la 84è minute quand Pajot, de retour, touche du coude le ballon dans la surface sur un coup franc de Golovin. S’il est évident que le joueur touche le ballon avec son bras, il semblait toutefois délicat pour l’arbitre de siffler penalty en faveur de Monaco puisque Pajot, masqué, n’a pu voir le ballon arriver et que dans un réflexe, il crispe son bras, retenant le ballon. Au ralenti offert par le VAR, cela semble volontaire, à vitesse réelle, beaucoup moins. Pas de quoi crier au scandale, Monaco n’a pas cadré le moindre tir durant la rencontre et ne méritait de toute façon pas mieux face à des angevins sur une belle série de 4 matches sans défaite, avec une défense toujours aussi solide et une attaque virevoltante.

Stéphane Moulin a trouvé la formule magique pour l’instant, mais quand viendra le temps d’affronter une équipe qui laissera le ballon au SCO, un peu comme face à Toulouse, cela pourrait être une autre histoire…